Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Baisse des charges salariales : la belle annonce

31 Mars 2014 , Rédigé par Cercle Albert de Mun

L'histoire politique fourmille de ces tours de passe-passe économiques où les gouvernants ôtent d'une main bienveillante certaines charges fiscales quand, de l'autre, ils en rajoutent en silence. L'équilibre fiscal demeure, la balance ne penche pas et la vox populi, d'habitude si prompt au gémissement, se tait. Mais il y a toujours un perdant dans ce tour : le bon sens politique.


Ainsi en est il de l'annonce de ce Lundi 31 Mars du Président Hollande sur "la baisse rapide des cotisations payées par les salariés". Indéniable boulet au pouvoir d'achat des salariés français, elles représentent près de 20% du salaire brut des salariés non-cadres et pénalisent durablement l'économie du pays réel. Mais comme toujours dans les annonces, la contre-partie reste floue, le silence reste de mise sur la seconde partie de l'équilibre. Divers plans semblent pourtant à l'étude et l'un des plus en vogue en ce moment s'appuyerait sur la suppression de la Prime pour l'Emploi (PPE) pour financer cet allègement de charges. Une nouvelle fois, l'équilibre serait préservé et le salarié, trop heureux de voir augmenter de quelques deniers sa fiche de paye mensuelle, ne sentira pas l'absence de cette prime étatique.


Hollande, si d'aventure cette annonce devait se concrétiser, prendrait le parfait contre-pied de toute idéologie socialiste et se fâcherait, inéluctablement, avec l'aile gauche de son Parti. Comme disait Albert de Mun : "L’alpha et l’oméga du Socialisme c’est la suppression du capital privé et son remplacement par un capital collectif unique.". En ce sens et sous l'ère socialiste, la suppression de la Prime Pour l'Emploi reste hautement improbable et l'abaissement des charges salariales, si elle doit avoir lieu, se verra compenser par une hausse - modérée mais réelle - de taxes et autres prélèvements.
Cette voie de retrait de l'omniprésence étatique resterait pourtant l'une des plus salutaires pour l'avenir de la France. Redonner au salarié tout le fruit de son labeur, l'ensemble de son dû, pour lui rendre toute sa liberté économique et sociale. Il serait surprenant que le Président Hollande amorce ce virage contraire à l'Etatisme socialiste et, s'il le fait, ce ne sera que pour s'engager dans la voie individualiste du libéralisme sauvage, guère plus réjouissant pour le salarié.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article